Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cookmyworld

Chez Cécile... cuisine OK, service bâclé !

Le Chef

Un ancien bistrot rue Vignon (VIIIème) dans lequel Georges Simenon avait ses habitudes, voilà le cadre du restaurant "Chez Cécile/La Ferme des Mathurins", ouvert en septembre 2005 par Cécile Desimpel, qui gérait précédemment "Chez Elle" dans le quartier des Halles. Après Stéphane Pitré (ancien du Ritz, du Georges V) pendant 5 ans, suivi de Régis Mongin (ex de la Côte St Jacques et du Bristol) puis Théodore Apotolski (passé par la Table d'Anvers de Conticini ou Senderens), c'est aujourd'hui la maîtresse des lieux, avec au piano sa sous-chef Nastasia Thiebaut Liard, qui gère les cuisines de cet établissement qui s'est bâti une belle petite réputation avec sa cuisine traditionnelle plutôt moderne.

Le cadre

Celui d'un vieux bistrot parisien avec à l'entrée, un grand bar en zinc habillé de rouge et quelques tables en bois avec banquettes, là encore rouge. Au fond, une salle plus grande avec une trentaine de couverts alors que les murs affichent des tableaux assez coquins présentant des femmes des années folles légèrement vêtues. Une ambiance propice à la canaille(rie) avec une cuisine traditionnelle qu'on attend gourmande et généreuse.

L'accueil & le service

Tout a commencé par un malentendu ! Nous avions réservé plus d'un mois à l'avance (par téléphone) mais malheureusement notre réservation n'avait pas été prise ! On nous a tout de même accepté, mais la moue peu emballée que l'on perçoit ne laisse rien présager de très encourageant ! Une certaine nonchalance se dégage et la suite le confirmera. On a comme une impression de gêner pour ne pas dire plus ! Si la commande est assez vite passée, on me prévient au bout de 20min que le millefeuille boudin et poitrine de cochon n'est plus dispo et que je dois faire un autre choix... ça sera donc le foie gras ! A 20h30, c'est quand même génant. Un peu de communication entre la cuisine et la salle éviterait peut-être la désagréable sensation de devoir faire un trait sur un plat qu'on attendait avec envie. Les délais d'attente entre les plats sont assez longs (contre les 20min qui sont la règle entre chaque plat, on est ici plutôt sur 30 à 40min) et il faut avouer que la nonchalance qui se dégage ne créait pas une ambiance inoubliable. Mais alors tout se passe au calme me direz-vous ? même pas... grâce à la serveuse installée derrière le bar qui, non contente de prendre son temps, nous gratifie d'un concert de claquements d'assiettes et de verres au cours d'une vaisselle qui était sans doute le moment le plus dynamique de la soirée ! dommage pour nos oreilles qui trainent à 1,50m du comptoir !

La cuisine

Quand l'accueil et le service laissent autant à désirer, il est difficile de rester objectif dans son appréciation globale mais il faut l'être et bien avouer que la cuisine de marché proposée par "Chez Cécile" est d'excellente facture ! Il s'agit d'une cuisine traditionnelle, réalisée à partir de très bons produits, qui est remise au goût du jour avec des influences qui lorgnent vers l'Asie ou encore la Méditerranée, pour offrir des plats réellement savoureux.

Au menu

"Chez Cécile" propose une seule formule avec un menu "retour du marché" à 35€ (entrée/plat/dessert) à choisir parmi 6 entrées, 6 plats et 6 desserts. Ci-dessous, ce qui nous été proposé le soir de notre dîner :

Entrées

  • Potage, velouté, crème, voilà une soupe selon le marché et l'inspiration de Nastasia
  • Comme un millefeuille, boudin noir et poitrine de cochon fermier snackés , compotée de pommes
  • Terrine de foie gras de canard et son chutney de poires Williams
  • Petites gambas en tempura sur des feuilles de Sucrine, crème acidulée
  • Saumon Royal cuit en gravelax, petite salade et "mayonnaise" suédoise
  • Huîtres fines de claire et petites asperges vertes, émulsion de lait de soja au thé vert

Plats

  • Risotto aux légumes de saison
  • Brochette de noix de Saint Jacques, purée de carottes au gingembre, beurre de nage aux fruits de mer et piment d'Espelette
  • Pavé de thon rouge mi-cuit à la thailandaise, duo de courgettes au curry rouge
  • Quasi de veau rôti, purée crémeuse de pommes de terre et jus réduit corsé
  • Pluma de cochon "Pata Negra" accompagnée de son tube de linguine au chorizo, tomates séchées, olives et basilic
  • Le rognon de veau cuit entier, endives braisées aux lardons, demie "glace" à la bière

Desserts

  • Plateau de fromages affinés par les frères Rigattieri
  • Fontainebleau aux fruits rôtis
  • Le fameux moelleux d'hiver et sa crème glacée à la vanille Bourbon
  • Il est toujours présent mais se parfume à la pistache: Le Millefeuille!
  • Minestrone de fruits à la pana cotta
  • Notre éclair caramel au beurre salé

Retour sur le dîner en photos...

Terrine de foie gras de canard et son chutney de poires Williams. Un foie gras d'excellente qualité. Un peu marre des chutneys par ci et par là pour accompagner le foie gras ! Celui-ci à la poire est correct même si la vanille a tendance à écraser le goût du foie.

Saumon royal cuit en gravlax, petite salade et "mayonnaise" suédoise. Un petit tour en scandinavie avec cette spécialité de saumon cru, mariné dans un mix de sel, sucre, poivres, épices et aneth. Le saumon, fondant et goûtu, fonctionne très bien avec la petite sauce aux notes sucrées.

Pavé de thon rouge mi-cuit à la thailandaise, duo de courgettes au curry rouge. Cette fois, on part pour l'Asie avec un thon moelleux et savoureux, rehaussé par les notes d'herbes thaï et les courgettes au curry rouge. 

Pluma de cochon "Pata Negra" accompagnée de son tube de linguine au chorizo, tomates séchées, olives et basilic. L'influence est cette fois espagnole avec une pluma parfaitement cuite et savoureuse, avec son jus corsé. Les linguine au chorizo sont au point avec les tomates séchées qui donnent une petite point d'acidité intéressante. L'ensemble se marie très bien ! 

Moelleux au chocolat et crème glacée à la vanille Bourbon. Un moelleux un peu sec ! rien d'inoubliable !

Millefeuille à la pistache. Si la crème est vraiment pas mal du tout, onctueuse et bien parfumée, la pâte feuilletée est inégale avec certaines couches plus épaisses, plus sèches et plus dures que d'autres. On fini par donner de grands coups de cuillère pour les casser, ce qui a tendance à écraser l'ensemble !

J'ai aimé

  • Une cuisine de très bonne qualité
  • Un tarif somme toute convenable

 

J'ai moins aimé

  • Un accueil et un service lymphatique, sans conviction... qui donne l'impression que le client n'est pas vraiment le bienvenu ! bref la cuisine ne fait pas tout !!!

 

Infos pratiques

Chez Cécile (La ferme des Mathurins)
17, rue Vignon - 75008 Paris
Tel : 01 42 66 46 39
ouvert du lundi au vendredi de 12h15 à 14h et de 19h15 à 22h. le samedi uniquement de 19h15 à 22h. Fermé le dimanche.

Propose tous les jeudis des soirées jazz à partir de 21h15. Sachez-le si vous souhaitez dîner en toute tranquillité !
http://www.chezcecile.com
Accès : station Madeleine (métro lignes 8, 12, 14) ou station Auber (RER A)

Commenter cet article

argone 06/04/2014 18:23

dommage pour le service …. j'ai horreur de ce genre d'accueil, quand tu as l'impressions de gêner !

Cookmyworld 06/04/2014 23:48

c'est dans ces cas là qu'on comprend l'importance du service dans l'appréciation générale d'un resto... la cuisine en devient secondaire !!!