Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cookmyworld

hotdogs.JPG

Créé en en 1916 à Brooklyn (New-York, Etats-Unis), le championnat du monde de mangeur de hotdogs est le plus prestigieux des concours culinaires insolites, qui se développent aux 4 coins du monde. Cette compétition est organisée chaque année le 4 Juillet, à l'occasion de la fête de l’Indépendance américaine, et rassemble plusieurs dizaines de milliers de spectateurs. Le principe est simple : manger le plus de hotdogs en 10 minutes

Deux champions ont écrasé la concurrence depuis 10 ans, un japonais et un américain. 

Tout d'abord le japonais Takeru "Tsunami" Kobayashi, 6 fois champion du monde entre 2001 et 2006, dont le record était de 53 hotdogs en 2006. Pour l'anecdote, Kobayashi, qui était également champion du monde du mangeur de cervelles de veau et de boulettes de riz, avait du déclarer forfait pour l'édition 2007 pour s'être blessé à l'entraînement. Pour expliquer ce revers, il avait indiqué sur son blog avoir de... l'arthrite à la machoire et avait eu cette terrible déclaration "Ma mâchoire refuse de poursuivre le combat". 

Il ne se remis jamais de cet "accident" et laissa la place à partir de 2007 à l'américain Joey Chestnut, qui a remporté le concours et ses 10 000$ de prix pour la 4ème fois de suite en 2010 en engloutissant 54 hot-dogs en 10 minutes. Cependant, il n’a pas battu son propre record de 68 hot-dogs établi en 2009. A l'image du japonais, Chestnut ne s'arrête pas aux hotdogs, il est aussi détenteur de records mondiaux dans d’autres disciplines : côtes levées, steaks, asperges et ailes de poulet.

Kobayashi restera malgré tout dans l'histoire de son sport. En effet, la plupart des participants utilisent aujourd'hui sa technique dite "technique salomon", qui consiste à couper en deux les hot-dogs, à les tremper dans l’eau pour les ramollir, avant de les ingurgiter pour pouvoir déglutir plus facilement. Règle éliminatoire... Il est interdit de vomir !!!

Découvrez en vidéo l'édition 2010 :

 

logo

Commenter cet article