Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cookmyworld

Après le Prescription Cocktail Club et The Club, suite de mon "cocktail trip" parisien - en 12 étapes - avec un lieu plus traditionnel, le RosebudSitué dans le quartier de Montparnasse, le Rosebud - qui doit son nom au célèbre film d'Orson Wells "Citizen Kane" - est une véritable institution parisienne. 

Créé en 1962, ce bar s'est imposé au fil des ans comme l'un des bars les plus courus de la capitale avec des habitués comme Jean-Paul Sartre qui logeait dans un petit hôtel à proximité (on retrouve d'ailleurs une statuette de l'écrivain une cigarette à la main derrière le comptoir).

rosebud out

Si la renommée du lieu s'est un peu étiolée avec les années, il reste toujours un lieu de prédilection pour les journalistes, peintres et écrivains qui se retrouvent dans une ambiance feutrée, à l'atmosphère du Paris des années 50. On sent que le lieu a une âme avec ses banquettes, ses petites tables et son long comptoir en zinc et en bois qui permet sur sa partie gauche de s'asseoir des 2 côtés, favorisant ainsi les échanges avec la clientèle. On sent l'endroit d'habitués, plutôt fréquenté par des quadras et des quinquas que par la jeunesse parisienne qui lui préfère les nouveaux bars à cocktails. L'ambiance y est très agréable, plutôt jazzy, avec des serveurs en complet blanc sortis d'une autre époque, attentifs et disponibles.

rosebud_carte.jpg

Rosebud : la carte des cocktails

La carte propose tous les plus grands classiques des cocktails : Daïquiri, Planteur, Negroni, Champagne Cocktail, Harvey Wallbanger, French 75, Manhattan, Porto Flip, Sidecar ou encore le cocktail éponyme constitué de Champagne, de Cointreau et d'Angostura, ce concentré d'essences fabriqué à Trinidad et préparé à partir d'épices, d'extraits de plantes, d'herbes naturelles, d'écorces d'orange pour des notes aromatiques et amères.

rosebud cocktails

Me concernant, j'ai choisi l'une des spécialités de la Maison, le "Singapour Sling" (gauche sur la photo - 13€), composé de Gin, Cherry Brandy, sirop de grenadine, Triple sec (Cointreau, Grand Marnier), jus de citron, jus d'ananas, Bénédictine et Angostura bitters. Ce grand classique a été inventé en 1913 par le barman du "Raffles Hotel" de Singapour. Il a profité dans les années 90 du film "Singapour Sling" pour se refaire une jeunesse. Le Singapour Sling est d'ailleurs disponible sur les vols de Singapour Airlines. J'ai beaucoup aimé ce cocktail fruité avec là encore une acidité très présente avec de belles notes d'orange sanguine. 

Edouard a choisi quant à lui un "Pick Me Up" (droite sur la photo - 13€). Composé de champagne, de jus de citron, de Cognac, de Cointreau et de sirop de grenadine, ce cocktail fût créé en 1925 au Harry's Bar (dont je vous parlerai prochainement). Un excellent cocktail, frais et légèrement acide avec une présence de l'alcool très marquée !

Mon avis : on n'est pas sur des cocktails "de fille" avec des notes alcoolisées très présentes ! On peut regretter que la carte ne donne pas d'explications sur les compositions des cocktails. Comme nous étions un lundi soir, aucun problème pour que l'un des serveurs nous les explique mais on imagine la galère quand le lieu est bondé ! Autre point qui m'a surpris, le service des cocktails se fait dans des verres à limonade... le fond c'est bien, mais y mettre la forme c'est encore mieux ! Quoi qu'il en soit le lieu est très agréable et vous replongera dans un passé révolu, celui du Paris des années 50, même si je ne peux m'empécher de me dire que cela devait avoir un tout autre charme avant l'interdiction de fumer ! Au niveau des tarifs, on est dans les standards parisiens avec des cocktails entre 12€ et 14€.  

Rosebud
11 rue delambre - 75014 Paris
tous les jours de 19h à 2h du matin
Métro : Vavin ou Edgar Quinet

Découvrez une sélection d'ingrédients et ustensiles pour préparer vos cocktails

A découvrir également :

[Paris Cocktail Trip - 1/12] : Prescription Cocktail Club
[Paris Cocktail Trip - 2/12] : The Club
[Paris Cocktail Trip - 4/12] : La Closerie des Lilas 

Commenter cet article